02 mars 2021

Article "La taille de la vigne"

AUX ORIGINES DE LA VIGNE…

 

6000 ans avant Jésus-Christ, en Mésopotamie, en Egypte, en Phénicie, puis en Grèce et enfin en Italie, Espagne, Portugal, et sud de la France.

La conduite de la vigne est liée aux systèmes de taille : ne dit-on pas que les premiers tailleurs furent les chèvres ? Elles ont dévoré les pampres qui poussaient dans les arbres. Les bergers furent surpris et émerveillés par les repousses fortes, puissantes…

Il n’y avait qu’à poursuivre, la taille était née.

 

La taille est indispensable à la création du vignoble

La vigne est une liane. Livrée à elle-même elle produit des branches vigoureuses très longues et fines. Elle recouvre le sol en tous sens, générant du bois et des feuilles mais peu de baies. Non seulement peu fructifère, cette forme végétale serait bien difficile à travailler…

Il faut donc l’amener par des tailles appropriées à former le cep de vigne. Selon les moments de l’année, plusieurs tailles amènent la vigne à donner le meilleur d’elle-même. Le vigneron en décidera en fonction de l’âge et du type de cépage, de la nature du sol, du climat général de la région aussi bien que celui de l’année en cours… La taille essentielle est effectuée en hiver.

La taille adapte la vigne aux exigences géologiques,

climatiques et réglementaires du terroir

La taille sculpte le cep et influence la production de baies en qualité et quantité. C’est le premier geste du millésime. Il conditionne la production des mois et des années à venir.

Pendant la période de repos végétatif de Décembre à Mars, la sève se retire des parties supérieures de la plante. On peut sans dommages la modeler par des tailles franches. Les bois fructifères de l’année précédente sont supprimés et le nombre de bourgeons de futurs sarments sera réduit à la quantité voulue pour s’adapter aux volumes et qualités désirés lors de la prochaine vendange.

A Châteauneuf-du Pape, nous avons des contraintes climatiques et géologiques : le vent et le soleil omniprésents, les périodes sèches fortement marquées surtout en été, des épisodes orageux. Le sol, sec en surface, stocke l’eau dans ses couches inférieures d’argiles, de grès ou dans les failles des sols calcaires. Le vent violent menace les jeunes sarments fragiles. 

La taille adapte la vigne à ces ressources parcimonieuses et aux bourrasques : on taille court et près du sol dans les endroits les plus exposés, on plante peu de pieds à l’hectare, on limite la production de fruits pour favoriser la concentration et la qualité.

Ces contraintes issues de l’usage viticole sont traduites dans le décret qui régit l’appellation Châteauneuf-du-Pape : avec 35hl maximum à l’hectare, il s’agit d’un des rendements maxima autorisés les plus bas de France.

La taille s’adapte à chaque cépage

pour en tirer le meilleur et prolonger la vie du cep

A chaque cépage ses besoins. Certains, tels le Grenache, produisent des bois durs et résistants. D’origine ibérique, emblématique de la Vallée du Rhône Méridionale, il résiste bien à la sècheresse. Il supporte la taille en gobelet, proche du sol pour résister au vent et qui forme en été un parasol avec son feuillage, protégeant les baies de la brûlure du soleil.

D’autres, telle La Syrah originaire de la Vallée du Rhône Septentrionale, produisent des bois plus fragiles. On évite les expositions trop ventées et on les palisse pour protéger les jeunes sarments.

Qu’importe le cépage, une vigne jeune produit beaucoup. La concentration en sucres, polyphénols, précurseurs d’arômes… indispensables à l’élaboration de vins de qualité en est d’autant diminuée dans chaque fruit.  Une taille stricte calme cette exubérance et favorise la qualité des baies et la longévité de la vigne.

Les vieilles vignes produisent naturellement moins de fruits et de meilleure qualité. Mieux enracinées, elles sont plus résistantes aux à-coups climatiques et aux maladies.

Spécifiques à notre terroir, les tailles courtes favorisent la qualité et la complexité de nos merveilleux vins de Châteauneuf-du-Pape Château de La Gardine Tradition et Génération Gaston-Philippe et Château Saint-Roch.

Ils vous racontent à chaque millésime un peu plus de l’histoire de la Famille Brunel et de sa terre.